Qui suis-je?

Que dire sur moi?

La tâche la plus difficile qu’il m’a été demandée, le jour où l’opportunité m’a été offerte de prendre la parole en public, c’est de parler de moi. C’est dire qui suis-je.

Quels sont mes intérêts?

Très tôt j’ai abandonné de l’enseignement. Je me reconvertis en génie civil. Mes intérêts sont portés sur les bâtisseurs d’ouvrages d’art. Les compagnons du devoir. Les bâtisseur des cathédrales. Regarder les cathédrales, regarder leurs clochers, leurs flèches, leurs décors flamboyants et rayonnants, voire mystique, s’élancer dans le ciel, me donne la sensation époustouflante de tomber à la renverse. Sensation qui impose l’humilité devant tous les  concepteurs et artisans de ces constructions, références spéciales et temporelles.

Pourquoi ce choix?

Le choix le plus simple et le plus confortable pour me faire connaître est de passer par une interview.

Celle que j’ai faite à la publication du livre que j’ai le plaisir de vous présenter à la fin de cet article. Mon choix n’est pas banal. Il s’inscrit dans un domaine particulier mais ouvert. L’histoire, le patrimoine local et ou régional.  « Une église gothique en Val-d’Oise – Saint-Gervais-Saint-Protais de Bessancourt », le titre mon ouvrage dit tout.

La Gazette du Val d’OisePourquoi êtes-vous intéressé à l’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Bessancourt ?

Richard Fumey « Notre Dame de Bessancourt est une vielle dame qui a perdu ses papiers ». Voici l’intrigue.

♠ Je note en passant que l’attribution du nom « Notre Dame » a passé sous silence leur saint patron, Saint-Gervais et Saint-Protais . Je remarque que c’est le cas de la plupart des églises. 

Je suis Bessancourtois depuis 1986.

Juste un an après ma maîtrise d’urbanisme sur la Vallée de Montmorency, soutenue à l’université Paris VIII de Saint-Denis. L’impression que j’ai eue de Bessancourt est simple. Une commune du Val-d’Oise avec un cœur de petit village typique. Son côté campagnard, ses habitats préservés et sa part de forêt protégée grignotée sur la forêt de Montmorency m’ont séduit. Très vite je me suis posé des questions sur son église, imposante et belle.  Sans nulle doute de style gothique. Les murs en pierres de taille silencieux m’ont intrigué. L’extrait de l’ouvrage d’un historien local stipulé ainsi, «  Notre Dame de Bessancourt est une vielle dame qui a perdu ses papiers « , m’a imposé une requête, une « interrogatoire ». C’est un long chemin sur lequel je me suis engagé pour rétablir l’identité de ce vieil édifice qui, selon l’expression de l’historien local, « a perdu ses papiers ». 

Eglise_St-Gervais-St-Protais de Bessancourt.

Eglise_St-Gervais-St-Protais de Bessancourt

Vue sur l'arc doubleau et Voûte en ogive de l'abside

Vue sur l’arc doubleau et Voûte en ogive de l’abside

Des renseignements existent sur l’ église d’Enghien, l’ église  d’Ermont, l’ église de Taverny, pour ne citer que celles-là.  Mais l’église de Bessancourt  semble être abandonnée. Volontaire ou non? Et pourtant, elle si belle, si bien construite. Devant l’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Bessancourt, maintes questions restent sans réponses.  L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Bessancourt  mérite sa place dans la vallée de Montmorency. C’est mon désir de la lui donner.

J’ai tenté de le faire à travers mon livre, « Une église gothique en Val-d’Oise – Saint-Gervais-Saint-Protais de Bessancourt ». Quels sont mes  vœux ? Simples.

Mettre en avant la valeur de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Bessancourt, permettre aux Bessancourtois en premier lieu, aux visiteurs ensuite de mieux la connaître et de prendre plaisir à la visiter.

L’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Bessancourt fait partie du patrimoine à nous tous. Préservons-la !

Richard  FUMEY

 

Premier ouvrage sur l'église de Bessancourt

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR

Leave a Comment